Crowdsourcing au service des RH : le cas easyJet.

EasyJet est une compagnie aérienne qui transporte 4,5 millions de voyageurs par mois et qui dessert pas moins de 112 aéroports, principalement en Europe. La compagnie low cost se distingue par le orange qu’elle a attribué à sa flotte, à ses terminaux en préfabriqués et surtout aux tenues de ses équipages.

EasyJet lance les Spirit Awards afin de féliciter son personnel de cabine. Le principe est simple, les voyageurs sont invités à voter pour les  membres de l’équipage ou le pilote dont ils ont apprécié le travail durant un vol précis afin que les dirigeants de la compagnie soient informés des « membres du personnel qui se démarquent. »

Cette technique de crowdsourcing au service des Ressources Humaines est relativement nouvelle: la parole est directement donnée au consommateur, à « l’utilisateur », qui se trouve ainsi au cœur du process. Cette démarche est d’autant plus novatrice qu’il ne s’agit pas simplement de donner un avis sur un équipage, les voyageurs sont invités à partager un avis positif, à féliciter et donc remercier un employé de la compagnie.

Que va t-il advenir des employés ayant reçus le plus de votes ? S’agit-il d’une récompense « pour le principe » où de réels leviers de management s’apprêtent-ils à être activés ? Pour le moment, il est encore trop tôt pour le dire.

Cette opération est pour l’heure relayée dans le magazine inflight, distribué durant les vols easyJet et que plus de 280 000 passagers emportent avec eux. Il est envisageable qu’elle soit par la suite annoncée également sur les appui-têtes des avions.

Cette déclaration positive par le voyageur rappelle légèrement l’utilisation des « j’aime » de Facebook : si « je n’aime pas », je ne le dis pas ! Une bonne manière de récupérer les retours positifs en évitant les débordements, qui pour easyJet spirit restent dans tous les cas non visibles.

Maud

Directrice OP1C