7 TENDANCES TOURISME POUR 2020

Aujourd’hui, 6 jeunes sur 10 voyagent au moins 3 fois par an ! Ce qu’ils préfèrent : voyager hors saison (quand ils le peuvent) : 21,3% des français préfèrent partir en septembre et 11,9% en juin !

Les réseaux sociaux ont une influence forte sur les voyages (surtout pour la génération Z). Parmi les principales sources d’inspi des jeunes on retrouve Instagram qui joue un rôle clé mais aussi la Food. 71% des voyageurs veulent manger 100% local pendant leur séjour, du coup leurs envies culinaires rentrent donc directement en ligne de compte dans le choix de leur destination ! (sacrés français!)

Aujourd’hui, on vous propose de découvrir les 7 tendances tourisme de l’année 2020 !

1. Vivre des expériences inédites 

Entre la génération Erasmus, le backpacking, le help X (le fait de travailler quelques heures par jour et d’être logé et nourri en échange), ils ne veulent plus avoir l’étiquette de touriste mais ils veulent vivre une expérience locale dans le pays qu’ils visitent.

En réponse à ce besoin croissant, Airbnb a développé Airbnb Experiences pour vous mettre relation avec différents hôtes. Du coup, vous pouvez aussi bien faire un atelier de pâtes fraîches avec une mamie italienne à Rome que découvrir l’histoire et la culture musicale de Cuba avec un DJ, plutôt cool non ?

Le tourisme et les expéditions

Il se forme progressivement un tourisme plus fermé pour préserver les sites exacerbés par Instagram et qui mise sur les expéditions !

L’industrie du tourisme qui propose de faire revivre des expéditions scientifiques avec des voyages au Pôle Nord pour 100 000$ (simplement le billet d’avion, sinon c’est pas marrant),  ou encore Airbnb qui fait gagner une expédition d’un mois en Antarctique.

Les voyageurs cherchent à visiter des lieux atypiques, loin des foules de touristes voire des lieux catastrophés. Ils vont par exemple en Islande pour voir le célèbre avion écrasé (de pleine nuit de préférence pour des sensations fortes) ou à Tchernobyl en mode Urbex.

Même les influenceurs s’y mettent !

Ils ont troqués les photos sur les balançoires à Bali contre des explorations insolites, les influenceurs Seb la Frite et Léa Camilleri se sont lancés dans le tournage de documentaires l’un sur la vie des animaux depuis la catastrophe nucléaire de Tchernobyl (Dogs of Chernobyl) et l’autre sur une expédition scientifique en pleine jungle de Papouasie (Seb en Papouasie, la vraie aventure) une région encore inexplorée par l’être humain.

2. La découverte des pays hors des sentiers battus

Une étude Booking nous montre que les français cherchent de plus en plus à éviter le tourisme de masse. Ce gain d’intérêt pour les villes moins touristiques passe par le fait d’aller loger chez l’habitant et parmi les nouvelles destinations phares on retrouve le Bhoutan, l’Angleterre, la Macédoine du Nord, l’Aruba ou encore les Pays Bas.

3. Le Slow Travel

Le Slow Travel, c’est prendre son temps pour voyager, éviter les séjours courts et condensés, c’est profiter un maximum sur place.

D’ailleurs, savez-vous que les trains de nuits font leurs grands retour ? La ligne Vienne-Bruxelles fermées depuis 16 ans vient d’être (ré)inaugurée !

Là vous êtes entrain de vous dire que c’est mignon mais que c’est pas toujours évident de prendre son temps en voyage quand on a que 5 semaines de vacances ! Bah oui on est d’accord.

Au delà d’un mouvement écolo, il faut voir le Slow Travel comme une façon de voyager différente qui permet de rencontrer des locaux dans les trains, de s’arrêter en chemin découvrir plus de pays ou de régions d’un pays.

4. L’éco-Tourisme

L’écologie est au coeur des préoccupations des jeunes et la façon de voyager en est inévitablement impactée. La nouvelle génération veut découvrir le monde, de nouveaux pays et de nouvelles cultures mais elle veut minimiser son empreinte écologique, faire attention aux déchets, boycotter les activités où les animaux sont exploités,  et si possible opter pour un logement écologique ! 26% des 18-25 ans qu’ils soient étudiants ou jeunes actifs disent être prêts à payer plus cher pour un acteur du tourisme qui s’engage pour la planète. Mais il ne faut pas oublier que tout ça correspond aussi à une génération qui voyage avec un budget limité.

5. La culpabilité de prendre l’avion

On en attend de plus en plus parler du flygskam ou la honte de prendre l’avion pour des raisons environnementales. Pas étonnant quand on sait qu’un vol aller-retour en Floride produit autant de dioxyde de carbone qu’une voiture en un an.

Pour certains, la décision d’arrêter de prendre l’avion et donc de renoncer aux voyages long courriers est évidente. Pour ceux qui ne veulent pas renoncer aux destinations hors Europe, des systèmes de compensations d’émission de carbone voient le jour.

Myclimate.org par exemple permet de calculer et compenser vos émissions qu’elles soient d’avion, de voiture, de croisière pour financer des projets de protection climatique.

On assiste aussi à une multiplication des labels de tourisme durables et à des marques qui s’engagent, comme AirFrance par exemple qui soutient 7 projets certifiés pour compenser l’intégralité des émissions de CO2 de leurs vols en France.

6. Les voyages transgenerationnels 

En 2020, on recommence à voyager avec ses parents et ses grands-parents. Le grand challenge ici est de trouver une destination qui pourra répondre aux attentes des plus jeunes tout en restant accessibles aux personnes plus âgées pour pouvoir passer du temps en famille.

7. La digital détox

Pour beaucoup le voyage répond au bien être. Voyager est l’occasion de faire une introspection sur soi mais aussi de vivre des expériences inédites. Les vacances riment donc souvent avec digital détox, pourtant on passe quand même une heure et demie par jour sur les réseaux sociaux pendant nos séjours ! Et pour cause, Instagram n’accompagne pas seulement les consommateurs en amont du voyage pour les inspirer. Il les accompagne aussi pendant leur voyage en story et après dans le feed à la manière d’un album souvenir qu’ils partagent avec leur communauté sur plusieurs mois (histoire de faire durer les vacances encore un peu ou juste de s’auto foutre le seum)

En bref,

L’industrie du tourisme et des transports doit tenir compte des nouvelles attentes des voyageurs et leur proposer des offres adaptées.

Les espaces social media ont un réel rôle à jouer dans le tourisme puisqu’ils figurent en deuxième position (juste derrière l’actualité) des médias qui permettent aux consommateurs de s’informer et se sensibiliser au sujet de l’éco-tourisme.