Beauté et Cosmétique : ce qu’attendent les consommateurs !

L’engouement autour des produits bio, naturels, et des cosmétiques fait maison sont autant de signes qui montrent la mutation du marché de la beauté et de la cosmétique. L’efficacité n’est plus l’unique critère de choix quand on parle de beauté et les marques doivent repenser produits et discours.

Chez OP1C, nous accompagnons les marques Uriage et Sooa à appréhender ces changements dans leurs discours Social Média.

Partant pour un tour d’horizon des dernières tendances cosmétique ? Alors LET’S GO !

1-UNE DEMANDE CROISSANTE DES PRODUITS PERSONNALISÉS

Chaque personne est unique : il existe autant de solutions pour la peau que de personnes qui en recherchent. Et ça, les marques beauté commencent à le prendre en compte !

On appelle beauté sur mesure le fait de proposer des produits qui s’adaptent à 100% au besoin des utilisateurs.

Pour répondre à cette nouvelle demande, de plus en plus d’enseignes proposent des diagnostics de peau rapides et gratuits grâce à la technologie pour pouvoir conseiller au mieux les consommateurs.

Certaines marques vont plus loin en intégrant la technologie dès le développement de leurs produits : 

  • Le Teint Particulier, Lancôme : Un fond de teint sur-mesure grâce à un simple scan. L’algorithme ultra-perfectionné se charge du reste : magique !
  • Amalthea utilise un chatbot pour aiguiller et répondre aux questions des consommateurs tout au long du parcours d’achat. Ils conçoivent ensuite les produits en fonction des renseignements donnés par l’acheteur.
  • L’Occitane en Provence en partenariat avec Rowenta ont développé la Nespresso de la crème hydratante ! Un appareil lié à un outil de diagnostic cutané qui délivre des capsules de crèmes sur-mesure.
  • Chanel et son mascara révolution : une brosse imprimée en 3D sur mesure lors de l’achat. 
  • Typology et ses sérums périodiques : 4 sérums adaptés aux 4 semaines de fluctuations hormonales. Fallait y penser !

2- UNE ATTENTE DE SOLUTIONS RESPONSABLES SUR LES PACKAGINGS

L’industrie cosmétique, c’est 120 milliards d’emballages produits chaque année ! 
S’il est de plus en plus facile de trouver des cosmétiques à base d’ingrédients sûrs et non toxiques, c’est toujours une galère de trouver des marques cleans jusqu’au packaging !

Grâce aux produits rechargeables, en plus de faire une bonne action pour la planète on peut faire de belles économies ! Déjà beaucoup d’enseignes proposent ce service :

  • Sephora pratique depuis quelques années une réduction de -30% sur l’achat d’un nouveau parfum si on ramène un ancien flacon vide
  • Marionnaud récupère packaging ET résidus de produits (de toutes les marques) pour les recycler et leur offrir une seconde vie en échange de réductions (Malin !)
  • Lush et Avril vous permettent de venir remplir vos anciens produits terminés directement en magasin
  • L’Occitane en Provence met à disposition des pompes pour acheter ses produits en vrac
  • Hermès sort une collection de rouges à lèvres rechargeables

3-COSMÉTIQUES ET ENGAGEMENTS SOCIÉTAUX

Aujourd’hui, la liste des exigences se rallonge pour les produits cosmétiques : ils doivent être à la fois cruelty free, respectueux de l’environnement et efficaces (à chaque combat, son type de cosmétique !)

Là où la Green Beauty s’intéresse à la transparence des ingrédients, à la fabrication des produits et à leur conditionnement, la Blue Beauty, elle, s’intéresse à l’impact de la production de ses produits sur l’environnement.

Le concept : proposer des produits éthiques dans la conception, la production et la composition.

L’un des thèmes récurrents des marques de Blue Beauty est notamment l’eau nécessaire à l’utilisation du produit : 

  • Waterless Haircare propose ainsi des soins pour cheveux qui agissent sans avoir à les mouiller ou passer sous la douche.

Le sujet de la préservation des océans est aussi central et les crèmes solaires se frottent à une nouvelle problématique : leur impact sur la faune et la flore aquatique. Elles commencent d’ailleurs à aborder le sujet et donner de premières réponses.

View this post on Instagram

Qu’ils sont beaux tous les trois… mais lequel choisir pour cet été ?!⠀ ⠀ Première question à vous poser : vous préférez la texture huile ou la texture lait ? ⠀ ⠀ 👉Huile : vous foncez pour notre huile solaire SPF50, à l’huile d’abricot et de graine de Luffa pour un bronzage lumineux et durable, et un fini sec et légèrement glowy ✨⠀ ⠀ 👉Lait : vous devez vous poser une deuxième question. Vous êtes fan de sensorialité et de plaisir d’application avant tout, où vous êtes 100% green et vous voulez opter pour du minéral ?⠀ ⠀ 💁‍♀️Je veux un plaisir d’application : alors c’est le spray protecteur corps (disponible en SPF50 et en SPF30) qu’il vous faut. Il contient des filtres organiques, et présente une texture ultra légère sans traces blanches. Il contient une algue marine qui stimule le bronzage naturel, et a été formulé sans parabene, sans nanoparticules et sans allergènes. ⠀ ⠀ 🌱 « Pour moi, le plus important c’est la naturalité »⠀ 👉Dans ce cas, on vous conseille d’utiliser notre tout premier lait minéral SPF50 qui contient des filtres minéraux, et qui est composé de plus e 97% d’ingrédients d’origine naturelle. Attention : les filtres minéraux peuvent souvent donner des textures plus épaisses que les filtres organiques. La texture de ce lait n’est donc pas la même que le spray corps. Pour un résultat homogène et sans traces blanches, nous avons rajouté des pigments naturels à la formule, qui s’adaptent parfaitement à chaque type de peau. ⠀ ⠀ Des questions ? 🥰🙈 3615 MIMITIKA vous écoute !⠀ ⠀ _________⠀ 🇬🇧Decisions decisions… wonder which sunscreen you should get from MIMITIKA? ⠀ ⠀ 👉 If you’re looking for an oily texture, opt for our SPF50 oil sunscreen which protects your skin AND gives you a glowing tan (contains Luffa seed oil that promotes tanning process)⠀ ⠀ 👉 If you are looking for a lotion texture, you can either opt for our organic sunscreen (which has a super light texture) or our mineral sunscreen (which is made of 97% natural ingredients)⠀ ⠀ Questions? ✨⠀

A post shared by MIMITIKA (@mimitika_suncare) on

4-SECONDE MAIN ET COSMÉTIQUES, QUEL AVENIR ?

Après les fringues et la déco, le maquillage s’envisage aussi en seconde main. Moins cher et plus écolo, la vente du maquillage seconde main grandit sur internet ! 

Plutôt cool quand on pense à tout ce que l’on est capable de gaspiller en make-up … mais on vous voit déjà faire une grimace derrière votre écran, parce que oui, on va pas se mentir c’est un peu cracra (🤢) (surtout quand on sait que des bactéries de type E.coli ou staphylocoque sont présentes dans 70 à 90 % des mascaras, pinceaux, ou encore éponges… 🤮)

Si vous n’avez pas envie de mettre du rouge à lèvres utilisé par un inconnu (et ça se comprend), sachez que de nouvelles plateformes se créent pour sécuriser la vente des produits cosmétiques déjà utilisés :

  • Sur Vinted, seuls les produits neufs et dans leurs emballages d’origine sont autorisés à la vente
  • Sur Glambot, pas de vente directe entre particuliers : c’est la plateforme qui achète les produits aux revendeurs et les reconditionnent avant de les revendre 

5-UN RENOUVEAU DE LA MÉDECINE ESTHÉTIQUE

Exit les fonds de teint ultra couvrants, aujourd’hui, les consommateurs semblent accorder plus d’importance au soin plutôt qu’au camouflage. On veut être beau mais au naturel !

De plus en plus d’instituts spécialisés voient le jour et proposent des plasma lift (On vient vous ré-injecter votre propre plasma sur le visage pour réparer des zones abîmées), des ultrasons (Pour retendre les tissus), des injections de gel hyaluronique (pour éviter les rides) et bien d’autres trucs un peu fous ! Ces solutions sont onéreuses mais elles sont à voir comme l’épilation définitive : après quelques séances à 200 boules, vous êtes censés être tranquilles pour toujours et c’est bien pour ça qu’ils séduisent autant ! 

En bref, le discours des marques évolue : on met de moins en moins en avant les résultats obtenus grâce au produit et on laisse place à de la pédagogie et de la transparence sur l’origine des produits. La diversité des modèles se développe également (plus de formes, des peaux imparfaites mais assumées et des vergetures fièrement affichées)

Dans la réalité, beaucoup de marques sont encore frileuses à l’idée d’adopter des modèles moins lisses et plus réalistes, mais à l’instar de la mode, le secteur va devoir se mouiller !