Acadomia, faisons le point une semaine après.

Une semaine après le lancement de la page Facebook censée désamorcer  la crise que traverse Acadomia, voyons si  cette stratégie s’avère payante.

Dans un premier temps un petit rappel des faits :

Le 27 mai dernier, la CNIL (Commission nationale informatique et libertés) a adressé un avertissement à Acadomia, leader du soutien scolaire, pour commentaires injurieux dans ses fichiers. Pour calmer la polémique qui a vite pris de l’ampleur, la société Acadomia a décidé de prendre la parole sur le web et a choisi Facebook pour s’exprimer.


La société justifie son choix de s’exprimer sur Facebook car elle souhaite toucher le plus grand nombre.

Les bons points :

Une interview du directeur d’Acadomia dans laquelle il s’excuse et explique la stratégie de « réparation » qui se décompose en trois points selon lui :
– « Corriger en interne ces manquements,
– Trouver d’où viennent ces manquements,
– Nomination d’un responsable qualité. »
Il souhaite donc mettre en place une surveillance pour éviter, à l’avenir, ce genre de dérive.

La discussion est engagée avec transparence, des réponses sont apportées même face aux commentaires les plus critiques.

La participation des internautes est relativement élevée et de nombreux points de vues sont partagés (professeurs, clients…)

Acadomia partage des informations en toute transparence, comme le nombre exacte de « commentaires inappropriés ».

Les mauvais points :

Une semaine après son lancement seulement 149 personnes « aiment » la page, les retombées en terme de visibilité pour le grand public sont donc limitées.

Cette stratégie de communication est jugée, par certain, comme très opportuniste. Comme il est mentionné dans un des commentaires « communiquer ne suffit pas toujours. »

La page aurai pu être mieux organisée, avec des sujets de discussions plus précis pour permettre une plus grande lisibilitée et des réponses plus claires aux questions que se posent les participants.

Pour conclure, je dirais que cette stratégie semble la bonne néanmoins lorsqu’on emploi des mots comme « occurrences », « verbatim » on peut se poser la question du positionnement pour s’exprimer face à une cible grand public.

La page Facebook : Acadomia | Faisons le point

Nellio

Taulier chez On Prend Un Café !